jeudi 11 avril 2013

André Moulin dénonce la situation des logements HLM

De grandes déclaration sont faites au niveau du gouvernement tant par le premier ministre Ayrault que par la ministre du logement Duflot au sujet des réhabilitations et de l’isolation des logements sociaux.
La réalité est tout autre quand il s’agit du financement des travaux sur les HLM. Comme sous la droite, les subventions se font attendre et ce sont les locataires qui paient le prix fort par des hausses importantes des loyers.
C’est le cas pour la réhabilitation des HLM du quartier de Saint-Julien.
André Moulin, en tant que locataire concerné directement, dénonce cette situation. Après avoir écrit à la ministre du logement qui n’a pas daigné répondre, il vient de mettre une banderole sur le balcon de son appartement et a distribué un tract.

 


A PROPOS DE LA REHABILITATION DES HLM DE SAINT JULIEN

Au moment où débutent les travaux, en tant que locataire, j’ai installé des banderoles sur le balcon de mon appartement au 3 rue Bazine.
Le 30 aout, j’ai adressé une lettre ouverte  à Cécile Duflot ministre du logement. Ce courrier, resté sans réponse 9 mois après, lui posait une question essentielle : "qui paie réellement ces travaux de réhabilitation ?"
Extrait de cette lettre : "Notre quartier de Saint-Julien, à Saint-Chamond, a été abandonné pendant près de 20 ans par la municipalité (de droite) précédente. Il en a été de même pour les HLM du quartier. Par exemple, mon immeuble n’a pas vu de travaux conséquents depuis sa construction (1977).
Un seul ravalement (peinture) de façade en 1990 mais pas de remise aux normes (gaz, électricité, isolation…).
Cette année , l’Office Public de l’Habitat GIER PILAT HABITAT a lancé une opération de réhabilitation de 225 logement, dont 82 en "réhabilitation lourde" (bâtiments + logements) avec isolation des façades, changement des fenêtres, remise aux normes des installations de gaz , d’électricité et installation d’un chauffage collectif. Le montant de ces travaux s’élèverait à plus de 4 millions d’euros (4 743 000 euros, estimation 2010).
Les subventions (CCE et exonération TFPB) seraient seulement de 243 300 euros (estimation 2010) soit seulement 5 % du montant des travaux. Pas de subvention de l’Etat.
Résultat : ce sont les locataires qui vont payer principalement,  d’une façon ou d’une autre les travaux. Ceux qui sont directement concernés par la réhabilitation lourde subiront  une hausse de 48% sur  leurs loyers de base.
Une augmentation considérable pour des salariés avec des petits salaires, des familles souvent en situation précaire, des retraités avec des petites pensions et des chômeurs.
Pour certains, c’est un mois de salaire ou de retraite qui va passer dans cette augmentation de leurs loyers."

Neuf  mois après, Madame la ministre n’ayant pas daigné répondre  à ma lettre ouverte, j’ai donc décidé de rappeler, à ma manière, que  pour cette réhabilitation l’Etat ne versait aucune subvention, même pas  pour l’isolation,  malgré les déclarations du premier ministre socialiste Ayrault et de la ministre du logement Europe Ecologie/les Verts Duflot.
Une fois de plus, et même sous un gouvernement de gauche, ce sont les locataires qui vont payer le prix fort comme cela avait été déjà le cas pour la réhabilitation de Fonsala  (à partir de 2005) et d’autres secteurs HLM (Croix Berthaud, Pierre Joannon, Croix gauthier…), sous la  droite.
La couleur des gouvernements changent  de couleurs politiques mais le résultat  est le même : pas de subvention de l’Etat pour la réhabilitation des HLM à Saint Chamond et une augmentation importante des loyers pour les locataires des logements sociaux !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire