jeudi 30 août 2012

Tribune du groupe Lutte Ouvrière parue dans le bulletin municipal de septembre 2012

Les élections sont passées… A Saint-Chamond, comme ailleurs, une majorité d'électeurs a souhaité tourner la page de la politique de la droite, de Sarkozy, mais dans la société ce sont les banquiers, les patrons qui vont continuer à faire la loi : celle de l'argent.
Les travailleurs, les familles populaires savent qu'il n'y aura pas de cadeaux pour eux ! De nouveaux sacrifices leur seront demandés pour payer la dette (+600 milliards d'euros en 5 ans), alors que la part des dépenses publiques n'a cessé de diminuer avec le désengagement de l'Etat vis-à-vis des collectivités locales, les transferts de charges, les attaques contre les services publics.
La dette, ce sont les quelques 172 milliards d'euros de niches fiscales et les exemptions accordées aux entreprises, souvent les plus importantes, qui ne se gênent pas pour autant pour licencier. Le bouclier fiscal va encore coûter, en 2012, 750 millions (3,5 milliards en 5 ans) puisque les "restitutions" (les remboursements aux riches contribuables) prévues jusqu'en 2014 ne sont pas remises en cause.
Et comme il n'est pas question de revenir sur la suppression de la taxe professionnelle, les collectivités locales, comme notre commune, devront se contenter de dotations en baisse.
Du côté du logement social, le plafond du livret A n'a pas été doublé, suite aux criailleries des banquiers. C'est autant d'argent qui manquera pour les logements sociaux à construire ou à rénover. De plus, la suppression de la "contribution sur le potentiel financier des offices d'HLM" ne semble pas à l'ordre du jour. Cette ponction décidée par la droite a couté 1,1 million d'euros, en 2011, à notre OPH, soit 170 euros par locataire.
Et tout cela dans un contexte de montée du chômage due aux licenciements qui continuent de plus belle, puisque leur véritable interdiction n'est pas d'actualité.
Chômage, précarité, faible pouvoir d'achat des travailleurs et des retraités… En cette rentrée sociale 2012, les problèmes restent entiers !
Le groupe LUTTE OUVRIERE

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire