lundi 28 novembre 2011

Un article du Progrès du 28 novembre 2011

Eau : la municipalité prépare toujours un passage en régie intercommunale
Vie quotidienne. La commune prépare le recrutement d’un cabinet qui sera chargé de réaliser l’audit technique et financier avant une reprise en interne de la production et de la distribution du précieux liquide.
C’était l’un de ses arguments de la campagne des municipales de 2008. L’équipe emmenée par le futur maire Philippe Kizirian avait promis, en cas de succès face aux urnes, un passage en régie intercommunale alors que le service de l’eau avait été privatisé en 1971.
« Nous n’avons malheureusement pas pu concrétiser cette promesse en début de mandat car le préfet nous a refusés, à l’époque, le prolongement du contrat qui nous aurait permis l’étude et la mise en place d’une régie », rappelle André Moulin, adjoint en charge de l’eau et de l’assainissement.
Mais l’édile n’a pas pour autant fait une croix sur cette idée : « Nous ne sommes pas restés inactifs. Il y a peu, le Syndicat des eaux Saint-Chamond/L’Horme a voté à l’unanimité le lancement de l’appel d’offres pour recruter le cabinet qui va nous permettre de réaliser l’audit technique et financier du contrat de délégation ».
Et de rajouter : « Le bureau d’études va également avoir la responsabilité de préparer la mise en place d’une régie intercommunale pour la production et la distribution de l’eau potable ».
Assurément une belle avancée pour l’élu, qui ne cache pas sa satisfaction. Mais si tout est encore loin d’être réglé, ce dernier se projette déjà vers l’avenir : « Nous présenterons à la population, lors d’une réunion publique, la synthèse de l’audit dans un souci de transparence ».
André Moulin n’en est pas moins conscient de l’ampleur de la mission qui attend la municipalité et ses équipes : « Créer une régie, ce n’est pas seulement changer de logo sur les factures. C’est construire toute une structure capable de gérer près de trois cent vingt kilomètres de conduites et de multiples réservoirs, sans oublier deux usines de fabrication d’eau potable, l’astreinte, la facturation pour servir le plus efficacement possible quelque dix-neuf mille abonnés, dans le respect des normes de qualité en vigueur. Tout en baissant le prix du m3 ».
Car pour l’édile, c’est bien là l’un des principaux atouts du passage en régie intercommunale : « Pour l’abonné, sa priorité, c’est une baisse des tarifs. Quand il fait le compte à la fin du mois, il souhaite une facture du montant le plus faible possible ».
L’année 2012 sera ainsi consacrée à la réalisation de l’audit et aux différentes études pour favoriser le passage en régie intercommunale. Mais André Moulin sait pertinemment que la procédure sera longue et sûrement complexe. C’est pourquoi il entend « avancer étape par étape, en respectant scrupuleusement toutes les démarches. La résiliation du contrat avec le délégataire avant 2016 coûterait près d’un million d’euros aujourd’hui, mais plus on approche de l’échéance, moins le montant sera élevé ».
Cependant, ce dernier ne cache pas avoir envisagé tous les scénarios. Même celui du litige : « En cas de problème, c’est le tribunal administratif qui est compétent. S’il n’y pas d’autre solution, nous engagerons un recours mais il est encore beaucoup trop tôt pour l’envisager ».
À suivre.
Naël Dandachi

"Depuis notre élection, 3,3 millions d'euros ont été investis pour l'eau et 1,8 millions d'euros pour l'assainissement"



3,57 euros le m3
C'est le prix que payent les Saint-Chamonais en 2011, "un des plus bas des 43 communes de Saint-Etienne Métropole", souligne André Moulin.
L'adjoint en charge de l'eau n'est pas peu fier d'annoncer que c'est 28 centimes de moins que le tarif payé par les utilisateurs en 2007, avant l'arrivée de la gauche aux affaires.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire