mardi 6 décembre 2011

Tribune politique du groupe Lutte Ouvrière dans le bulletin municipal Saint-Chamond Actu.

L’année 2011 se termine  et 2012 s’annonce encore plus marquée par la crise. Il n’est pas de jour où on nous parle de la dette et surtout des sacrifices.
C’est bien  à tous les salariés du public et du privé, à toute la population laborieuse, aux chômeurs, aux retraités, aux jeunes que le gouvernement s’attaque.
Coté logement social : de 800 millions d’euros en 2008, les aides vont passer à 300 millions en 2012. A l’OPH (ex-OPAC) la taxe  de "contribution sur le potentiel financier" sera finalement de plus de 1 million d’euros en 2011 (et de même en 2012) soit de l’ordre de 180 euros par locataire.  C’est bien une ponction sur la réserve qui a été constituée avec les loyers des locataires. Parallèlement, le budget de l’APL a baissé  de 84 millions d’euros en 2011 et une nouvelle baisse est prévisible en 2012.
Et les marchés financiers, c’est-à-dire les grandes banques et, derrière elles, le grand patronat, trouvent le plan d’austérité du gouvernement pas assez dur. Pourtant la liste des mauvais coups s’allonge et il est de plus en plus difficile de vivre, de se soigner, de se loger.
Les banques ne font pas de cadeau : ni au particulier, ni aux collectivités qui, comme notre commune, doivent  payer plus pour emprunter.
En 2011, les dotations venant de l’Etat, du conseil général, de Saint Etienne Métropole et d’autres organismes (CAF…) ont accusé un nouveau recul alors que déjà en 2009 et 2010 notre commune avaient déjà perdu de 1,2 million d’euros. Il est prévisible qu'il en sera de même en 2012.
De plus, on continue de trainer "le boulet" des 650 000 euros pour  payer la note des emprunts "toxiques" contractés par nos prédécesseurs qui pour certains, aujourd’hui dans l’opposition , ont le culot de prétendre nous donner des leçons de bonne gestion et s’autoproclament "défenseurs" des contribuables.
Dans ce contexte difficile, notre majorité municipale a fait le choix de ne pas augmenter les impôts (part communale) et de maintenir, malgré tout, à un niveau important les services et les investissements utiles aux habitants de notre ville.
Cadeaux aux banquiers, aux patrons, aux riches mais l’austérité  renforcée pour la population et les attaques contre les services publics ! Cela suffit ! Que 2012 soit l’année où la colère de "ceux d'en bas" éclate !
Le groupe LUTTE OUVRIERE

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire