mardi 22 mars 2011

Déclaration d'André Moulin au nom du groupe des élus Lutte ouvrière au conseil municipal du 21 mars 2011 au sujet du vœu contre l’ouverture des supermarchés le dimanche.

Nous ne reviendrons pas sur les arguments principaux qui sont développés dans le vœu, car nous les partageons pour l’essentiel. 
Les élus du groupe Lutte Ouvrière voteront, bien sûr, ce vœu tout en soulignant qu’il n’est pas dirigé contre les salariés des supermarchés.
On comprend que des salariés de ces supermarchés, souvent avec des contrats à durée déterminée, des temps partiels non choisis, trouvent un supplément  à leurs petits salaires en venant travailler le dimanche malgré les contraintes que cela leur impose. Il est donc abusif de la part de leurs employeurs de parler de réel volontariat car en réalité ces salariés n’ont pas un véritable choix ni du côté des salaires, ni du côté de leur emploi précaire.
Il en est de même pour les étudiants qui trouvent une petite rémunération en venant travailler le dimanche. Il est scandaleux que, en plus de leurs études, ils soient obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. Les aides, sous forme de bourses et d’allocations, devraient être suffisantes pour qu’ils puissent se consacrer entièrement à leurs études. Ce n’est pas le cas actuellement. Ces aides se réduisent, et même pour certaines disparaissent. On assiste à une paupérisation réelle des étudiants contraints non seulement de travailler, quand ils le peuvent, mais aussi de se tourner vers les associations caritatives pour manger. Voilà le sort que notre société réserve aux jeunes qui veulent étudier.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire