mardi 15 février 2011

Vœux contre les suppressions de postes dans les lycées de Saint-Chamond, votés au conseil municipal du 14 février

En 2011, 30 000 suppressions de postes sont prévues dans la Fonction Publique.
Sur ces 30 000 postes, l’Education Nationale va payer la part la plus lourde avec 16 000 postes d’enseignants et autres personnels d’accompagnement de l’éducation qui seront supprimés. Cette saignée réalisée dans l’un des éléments fondateur de notre société, à savoir des femmes et des hommes au service du public, porte en elle le germe de lendemains extrêmement difficiles pour tous et plus encore pour les plus fragiles. Ceux qui ont justement besoin d’un Etat capable d'atténuer les injustices de plus en plus marquées de nos sociétés.
Ces 30 000 postes de fonctionnaires supprimés en 2011 font suite aux 100 000 suppressions de postes réalisées depuis 2007 et participent des 97 000 nouvelles suppressions prévues pour la période 2011-2013.
L’Etat organise la plus grande destruction de nos services publics jamais mise en place dans notre pays.
Ces chiffres, aussi terribles soient-ils, peuvent paraître éloignés de nos réalités quotidiennes. Mais aujourd’hui, hélas, ils ont une forte incidence locale.
En effet, le lycée Claude Lebois, élément essentiel de la formation de nos jeunes saint chamonais, est aujourd’hui menacé par la suppression de 5 postes d’enseignants.
Un poste en éducation physique et sportive et quatre postes dans les filières techniques. Le signal est là encore très fort : notre vallée, déjà sinistrée par des fermetures d’entreprises souvent dictées par des choix financiers, voit son tissu de formation initiale dans les domaines techniques mis au pilori d’une gestion purement financière des services publics.
Le danger est d’autant plus important pour Saint-Chamond que les filières techniques visées par les suppressions concernent des jeunes qui ne se retrouveront pas facilement dans d’autres filières plus générales. Le danger vient aussi que ces formations techniques trouvent des débouchés dans le tissu local de nos PME.
Si le lycée professionnel ne voit pas de suppression de postes pour cette année, sa situation n'en demeure pas moins extrêmement inquiétante. En effet, des regroupements de section vont voir des classes passer de 16 élèves à 32 élèves (EPS, enseignement général...) dégradant les conditions d'enseignement. De plus, les enseignants concernés devront aller compléter leur service dans d'autres établissements.
Le LEP Hôtelier est lui aussi impacté par la politique de rationalisation des moyens, annoncée et se voit doté d’un nombre excessif d’Heures Supplémentaires Annuelles au détriment de créations de postes nécessaires (695 Heures Postes, 83 HSA).
Cela s’inscrit, de plus, dans une restructuration des filières et une refonte des diplômes qui vont fragiliser l’enseignement, la qualité de l’accompagnement et la formation pédagogique des élèves.
Cet établissement  a  su montrer jusqu’à présent l’excellence de ses formations et de ses résultats, il se voit aujourd’hui sacrifié par une remise en cause très pénalisante de ses possibilités de fonctionnement et doté de moyens difficilement gérables, tout ceci décidé aveuglément par des choix uniquement financiers.
L’éducation, la formation, sont le socle de notre République. Seul un grand service public de l’Education Nationale peut permettre de monter dans ce fameux « ascenseur social ».
C’est un investissement d’avenir.
Le Conseil Municipal de Saint-Chamond :
- demande l’annulation de ces suppressions de postes, catastrophiques pour une société plus juste, catastrophiques pour le message envoyé à nos jeunes et leur relation avec l’industrie et catastrophiques pour le tissu industriel local.
- rappelle tout son soutien aux professeurs et à l’équipe encadrante des lycées publics de Saint-Chamond.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire