mercredi 12 janvier 2011

Voeu de la municipalité

La Caisse d’Allocations Familiales de Saint-Etienne nous a informés dans le courant de l’automne 2010 que le dispositif de bons-vacances dont bénéficiaient les familles ayant un quotient familial inférieur à 600 € était supprimé à compter du 1er janvier 2011.
Ce dispositif qui s’adressait aux familles les plus modestes est remplacé pour les années 2011 et 2012 par une subvention globale versée aux structures organisatrices de centres de loisirs et calculée sur le total des prestations perçues par ces structures pour l’année 2009. Cette subvention est bloquée et ne pourra être réajustée qu’à la baisse en fonction de l’activité effectivement constatée au cours des deux prochaines années.
Le conseil municipal de Saint-Chamond s’inquiète des conséquences de cette réforme dans un contexte social déjà difficile et en redoute les incidences :
- Au niveau financier :Ce nouveau mode de gestion transfère aux structures gestionnaires des centres de loisirs, la responsabilité de la répartition des aides entre les bénéficiaires ; outre la charge administrative que représente ce travail, il s’agira de répartir une enveloppe dans le meilleur des cas identique entre un plus grand nombre de bénéficiaires (extension du dispositif aux familles ayant un QF jusqu’à 700 €).
Cela risque de déséquilibrer le budget de ces structures et de les obliger à reporter ces coûts sur la participation des familles, voir sélectionner les familles.
- Au niveau éducatif :Cette réforme retire aux familles la gestion des bons-vacances, ce qui va à l’encontre de toutes les actions d’aide à la parentalité que nous essayons de promouvoir.

Cette réforme locale s’inscrit dans un contexte national global dans le cadre des restrictions budgétaires instaurées par le gouvernement. Elles pénalisent  déjà fortement les familles les plus fragiles. C’est pourquoi, le conseil municipal demande à la CAF de Saint-Etienne de redéfinir, en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, sa "politique loisirs et vacances collectives enfants" afin de revenir à des dispositifs plus en adéquation avec les besoins de notre population.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire