jeudi 13 janvier 2011

Déclaration d'André Moulin, au nom des élus du groupe Lutte Ouvrière, au conseil municipal du 10 janvier 2010, à propos du vote du budget 2011

Ce soir nous allons voter le budget pour l’année 2011. Notre majorité municipale a fait des  choix pour répondre au mieux aux besoins de la population et notamment celle la plus en difficulté. Et cela sans augmenter les impôts tout en continuant à investir, en maintenant l’effectif du personnel municipal, en ne diminuant pas les services rendus, et en ayant une politique tarifaires au plus juste, conscient de la baisse de revenus de la majorité de la population.
Les quatre élus du groupe Lutte Ouvrière sont solidaires de cette démarche mais il faut rester conscient que la municipalité ne peut pas répondre, faute de moyens, à tous les besoins de la population, besoins que la crise a aggravés.
Le chômage, la précarité, les petits boulots ne sont pas choses nouvelles pour la population de notre ville mais la crise les a généralisés et elle a fait basculer nombre de nouvelles familles vers de grandes difficultés. De cette situation, peuvent en témoigner les associations caritatives  installées sur notre commune mais aussi le CCAS municipal ou l’OPH avec l’augmentation des loyers impayés.
Et on ne peut même pas dire que le pire soit derrière nous ! En admettant, dans le meilleur des cas qu'on ne soit pas plongés dans un nouveau krach financier dans les mois à venir et que le pic de la crise soit passé, il reste la dette, le boulet de la dette, que le gouvernement veut faire payer à toute la population, y compris aux plus pauvres.
Ce ne sont pourtant pas les smicards, les chômeurs ou les retraités de Saint-Chamond qui ont creusé la dette. Ils n'ont pas vu, eux, la couleur d'un euro ! Les milliards disparus des caisses de l'Etat sont allés directement dans la poche des plus riches, des capitalistes.
Par exemple, pour parler de la plus célèbre des riches, Madame Bettencourt a touché l’an passé une ristourne sur ses impôts de 32 millions d’euros. C’est plus de la moitié du montant du budget (61 millions) de la ville de Saint Chamond avec ses 36 000 habitants.
Mais c'est aux classes populaires que le gouvernement demande de payer l'addition. Je vais donc parler des "cadeaux" que font les amis des élus de droite qui veulent nous donner des leçons.
Le gouvernement ne recule devant aucune attaque. Il est prêt à aller chercher le moindre euro dans la poche des plus pauvres. Il y a les attaques visibles par tous, comme les attaques sur la retraite ou sur la santé avec les déremboursements des médicaments.
Mais il y a aussi toutes les économies faites moins visibles, moins médiatisées, qui passent inaperçues aux yeux de la grande majorité mais qui sont tout aussi dévastatrices. C'est par exemple le cas du manque de financement des aides de vie scolaires qui accompagnaient les enfants handicapés dans les écoles et vont être désormais sont supprimés. C'est le cas de la non rétroactivité des 3 mois pour ceux qui touchent l'APL : le gouvernement en attend une économie de 240 millions ! C’est la suppression du  dégrèvement  de 15% sur les charges salariales pour l’aide à domicile qui va pénaliser les personnes âgées et handicapées et les associations d’aide au maintien à domicile. C’est le nouveau système instauré par la CAF pour les bons de vacances comme on l’a vu en début de séance qui va laisser des enfants sur le carreau, loin des loisirs et de la culture. C’est le cas du forfait d'entrée de 30 € pour avoir droit à l'aide médicale d'état qui fera rentrer 6 millions dans les caisses de l'état. C’est la  baisse du budget pour le logement social et la ponction de centaines de millions d’euros sur les organismes HLM contre laquelle nous avons protesté en votant un vœu lors du dernier conseil municipal
A cette liste il faut ajouter les économies qui nous intéressent au premier chef ce soir, les économies imposées aux collectivités locales et qui auront, elles aussi un impact direct sur la population. Car l'état en baissant ses dotations aux communes mais aussi à la Région, aux départements, à Saint Etienne Métropole et  à des organismes comme la CAF, impose automatiquement des baisses d'aides sociales, un recul des services rendus à la population. Moins visible, ce type d'économie s'ajoute aux autres pour dégrader encore un peu plus les conditions de vie des classes populaires.
Et tout cela se fait dans un contexte où les salaires n'augmentent pas. Aucun coup de pouce au smic n'est prévu pour encore cette année. Les salariés au smic devront se contenter de 17 euros supplémentaires par mois, alors que le chauffage augmente, en même temps que le prix du gaz et de l'électricité, alors que l'on vient de nous annoncer une augmentation sans précédent des tarifs des assurances d'habitation et d'automobile. Les  mutuelles doivent faire face aux déremboursements de plus en plus nombreux des médicaments par la sécurité sociale mais aussi payée une nouvelle taxe de 3,5 % à l’Etat. Il y a aussi la hausse de loyers qui prennent une part de plus importante au détriment de l’alimentation.
Dans cette situation, il est plus nécessaire que jamais que la municipalité choisisse de répondre aux besoins des classes populaires et qu'elle soit solidaire de la population la plus pauvre.  Notre majorité municipale a fait ce choix à travers ce budget qui s’accompagne d’aucune hausse d’impôts et de la non augmentation de la part communale du prix de l’eau.
Les quatre élus du groupe Lutte Ouvrière voteront donc ce budget mais émettent une réserve en ce qui concerne le financement d’une nouvelle tranche de travaux sur l’église Notre-Dame avec une somme considérable inscrit dans ce budget 2011 : 920 000 euros.
 Il n’est pas inutile de rappeler que pour continuer à financer ces travaux nous devons différer des investissements plus utiles à la population : la requalification de l’espace de loisirs de Bujarret, la réalisation d’une espace dédié aux jeunes, la construction d’une nouvelle salle de spectacle et d’une salle pour les évènements familiaux. Pour ne parler que des principaux.
Cette tranche de travaux sur l’église Notre-Dame devrait terminer l’extérieur. En 2012 nous devrons faire une pause car on ne peut pas continuer à mettre des sommes aussi considérables dans cette église alors qu’il en existe sept autres sur la ville qui peuvent accueillir les pratiquants. La rénovation de l’intérieur devra attendre et s’étaler sur plusieurs années en fonction des disponibilités financières et des priorités de la municipalité.
 A Saint-Etienne, des habitants ont créé une fondation pour recueillir des fonds pour aider la municipalité à rénover la maison François 1er. Alors que ceux qui sont si pressés de rentrer dans l’église Notre-Dame pour y entendre la messe, et qui trouvent que la municipalité n’en fait jamais assez, mettent la main au portefeuille. Cela sera toujours ça que les contribuables saint-chamonais ne paieront pas ! Et je ne sais pas si cela leur ouvrira les portes du paradis mais en tout cela génèrera une ristourne sur leurs impôts.
En ce qui concerne les subventions aux associations, celle à l’ASA pour le rallye du pays de Gier a disparu. L’argent servira à d’autres associations et on peut que s’en féliciter.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire